La FCCQ et la CCIM recommandent l’implantation d’une preuve vaccinale

COMMUNIQUÉ

La FCCQ et la CCIM recommandent l’implantation d’une preuve vaccinale pour accélérer de façon sécuritaire la tenue d’évènements et la réouverture d’entreprises

Terrebonne, le 13 mai 2021 – La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins souhaitent que le gouvernement du Québec adopte et mette en place rapidement une preuve vaccinale afin de permettre la réouverture des commerces et la tenue des grands évènements pour les gens qui auront été vaccinés. Avec l’efficacité prouvée des vaccins contre la COVID-19, cette preuve pourrait être octroyée et utilisée après avoir reçu une première dose.

Même si elles ont adapté leurs établissements pour respecter des normes sanitaires et se sont pliées à toutes les règles afin de limiter la propagation du virus, de nombreuses entreprises demeurent en partie ou complètement fermées. La preuve vaccinale est un moyen qui faciliterait la réouverture des salles à manger, la tenue des évènements et qui aiderait grandement le secteur touristique à l’approche de la saison estivale.

« Nos festivals et autres grands évènements font partie du visage du Québec, particulièrement durant l’été. Nous devons tout mettre en œuvre pour permettre qu’ils se tiennent et appuyer les organisateurs. Nous avons déjà perdu le Grand Prix de Montréal pour cette année, alors qu’un tel évènement aurait pu être envisageable si la preuve vaccinale avait été en vigueur. Nous gardons toutefois espoir de pouvoir assister aux matchs de séries des Canadiens! », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

Israël, le Danemark, l’Autriche et des États américains ont recours à la preuve vaccinale

La FCCQ et la CCIM sont d’avis que le modèle israélien pourrait être une source d’inspiration pour le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, lui qui réfléchit à une preuve avec code QR. Depuis déjà quelques semaines, Israël utilise un passeport numérique, appelé Green Card. Se présentant sous la forme d’un code QR, cette application permet aux personnes vaccinées de profiter d’activités sociales qui ont été limitées depuis le début de la pandémie, telles que des soupers entre amis aux restaurants.

Pour une utilisation dans les commerces et services québécois.

Les secteurs de la restauration, de l’hébergement, de la culture et des loisirs ont été les plus impactés par la pandémie de COVID-19. L’utilisation d’une preuve vaccinale dans ces industries aurait pour avantage de faciliter la réouverture ou l’élargissement de la capacité maximale de clients dans les lieux fermés.

« Nous avons ici la technologie pour mettre en place un outil qui est utilisé et qui a fait ses preuves ailleurs. En plus d’accélérer la réouverture de certaines entreprises, notamment les salles à manger des restaurants, la preuve vaccinale pourrait également faciliter le retour des travailleurs dans nos centres-villes qui sont encore largement délaissés. On valorise ainsi ceux et celles qui prennent leur responsabilité pour le bien collectif, autant les employeurs que les clients », a ajouté Charles Milliard. 

Pour un passeport vaccinal pour retrouver la circulation entre les frontières

Puisque le gouvernement fédéral étudie également la possibilité de créer un passeport vaccinal pour les voyages à l’étranger, il est d’autant plus important de s’assurer que le passeport vaccinal de Québec soit compatible avec celui d’Ottawa. En plus de nous permettre de recevoir ici des visiteurs, un passeport vaccinal permettrait de rétablir la possibilité de voyager à l’étranger sans quarantaine.

« La mise en place en place d’un passeport vaccinal serait bénéfique pour le développement économique de notre région sur plusieurs points. Fortement touchés par la COVID-19, la venue de touristes durant la période estivale serait une aubaine pour l’ensemble des acteurs du milieu de l’industrie touristique », a ajouté Pierre Berthiaume, président-directeur général de la CCIM.

« On veut tous reprendre au plus vite nos activités, incluant la possibilité de voyager. Le passeport vaccinal permettrait de nous rapprocher encore davantage de cet objectif. De plus, le maintien de la fermeture de nos frontières nuit à nos échanges commerciaux et économiques. Les avantages d’un passeport vaccinal sont donc, selon nous, bien plus grands que ses inconvénients », a conclu Charles Milliard.

-30-

Renseignements :

Catherine Leprince

Conseillère aux communications

Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins

Catherine.leprince@ccimoulins.com

Bureau : 450 966-1536 poste 224

Félix Rhéaume

Directeur principal, Communications et relations externes

Fédération des chambres de commerce du Québec

felix.rheaume@fccq.ca

Bureau : 514 844-9571, poste 3242

Cellulaire : 514 912-2639

 

Merci à notre partenaire diamant

Processing...